SFR Business - marque de SFR

NOUS CONTACTERASSISTANCEESPACE CLIENT

 MENU

    Me faire rappeler Nous écrire 0 805 70 24 54

    Service &
    appel gratuits

    Sécurité

    PME : la cible idéale des hackeurs en 2021

    Le coût des cyberattaques ne cesse de croître année après année : les pertes mondiales imputables aux attaques informatiques ont atteint 1000 milliards de dollars en 2020, soit plus d’1% du PIB mondial(1) . Selon un rapport du Sénat établi en juin 2021, 43 % des PME ont connu au moins un incident de cybersécurité en 2020 et les attaques par rançongiciels ont été multipliées par 4 entre 2020 et 2021(2) .


    Les conséquences sont d’autant plus importantes pour de petites structures de type PME, qui sont des cibles idéales pour les cyberattaquants. Selon une étude Symantec, 71 % des TPE et PME qui font l’objet d’une cyberattaque ne s’en remettent pas. 

    30/09/2021 min de lecture
    Clotilde Motella Responsable Offre sécurité mobile
    Visuel 5G

    Les petites structures visées en priorité

    À la question “ Pourquoi les PME sont-elles particulièrement visées par les cyberattaques ? ”, il existe une réponse simple : elles sont généralement bien moins protégées qu’une ETI ou un grand groupe.


    La carence de barrières anti-intrusion revient parfois à laisser la porte du réseau informatique grande ouverte aux rançongiciels, virus et autres chevaux de Troie. Cela est généralement dû au manque de moyens financiers et humain alloués à la cybersécurité. À ce sujet, convaincre sa direction d’adopter une véritable stratégie de cybersécurité est essentiel. 


    En tant que responsable informatique de votre PME, c’est votre rôle d’alerter la direction sur les incidents et cyber menaces et leurs conséquences potentielles sur votre entreprise. Bien que non expert en sécurité informatique, il est indispensable de connaître les principaux risques. Quelques exemples : 

    • L’intrusion par hameçonnage (phishing) vise à introduire un programme malveillant via un lien ou une pièce jointe présente dans un mail ou SMS. 

    • Ce programme malveillant peut être un virus ou encore un rançongiciel. Dans ce dernier cas, le réseau est paralysé et l’entreprise est soumise à un chantage : payer une rançon pour retrouver un fonctionnement normal. Toutefois, il est fortement déconseillé de payer la rançon demandée

    • La fraude au président (faux ordre de virement) vise à usurper l’identité numérique d’un supérieur dans le but de transférer des fonds vers le compte du hackeur.
    À lire aussi

    Piratage mobile, phishing, smishing : quelle solution choisir pour votre flotte ?

    Le télétravail décuple les risques

    Ces différents types d’attaques sont décuplés par l’essor du télétravail que l’on connaît depuis 2020  car il élargit la surface d’exposition. L’accès au réseau de l’entreprise est bien souvent autorisé à des équipements personnels ou des terminaux mobiles non protégés, qui représentent des portes grandes ouvertes pour les hackers. Et la France comptera 33% de télétravailleurs en 2022 selon Gartner. 


    Or, les PME n’ont pas toutes la capacité de maîtriser leur sécurité à distance. En effet, la sécurisation des accès distants nécessite une expertise que ne maîtrisent pas forcément les dirigeants et responsables informatiques des petites structures.

    À lire aussi

    Travail hybride : enjeux de cybersécurité et de travail collaboratif

    Des partenariats menaçés

    En s’attaquant aux PME, moins bien protégées, les hackeurs peuvent également chercher à atteindre le réseau informatique de leurs partenaires, ETI et grands groupes. C’est pourquoi, pour protéger leur SI, ces derniers exigent de plus en plus que les PME avec lesquelles ils traitent disposent de moyens de défense ad hoc. Au risque pour ces dernières de ne plus pouvoir travailler avec eux et perdre en compétitivité. L’offre Sécurité Endpoint Avancée permet d’apporter une protection dès le 1er point d’entrée utilisé par les hackers : l’équipement. 

    À lire aussi
    Ebook

    Comment protéger son entreprise des cyberattaques sur mobile ?

    Le Cloud : facteur de risque supplémentaire

    Les entreprises ont largement contribué au développement du Cloud ces dernières années. Le marché français est en augmentation constante et représente aujourd’hui 13,5 milliards d’euros. 85% des dirigeants et DSI estiment que le Cloud hybride représente le modèle informatique idéal, et environ 40% des TPME ont déjà investi dans des solutions hébergées dans le Cloud


    Toutefois, en optant pour des services externalisés, les PME ont également démultiplié les risques d’attaque cyber. Il est donc indispensable d’intégrer la cybersécurité dans le choix d’une solution Cloud. Les opérateurs télécoms, également intégrateurs de cybersécurité, développent des solutions d’infrastructure dans le cloud. C’est le cas de l’offre Cloud Agility de SFR Business. Cette solution permet d’héberger et de sécuriser le SI de l’entreprise en englobant toutes ses ressources Cloud à travers une infrastructure redondée en cas d’attaque.

     

    Les PME sont la cible privilégiée des hackeurs car elles sont moins protégées que les grands groupes. Il est donc primordial qu’elles sensibilisent leurs collaborateurs et mettent en place des solutions de sécurité, sur toute la chaîne d’information : sécurité des terminaux mobiles et fixes sécurité des réseaux, du Lan et d’Internet, protection anti DDoS, etc… Dans cette optique, SFR Business a imaginé des solutions pérennes, flexibles et évolutives pour garantir aux PME une sécurité optimale de bout en bout. 

    SIS Evolution

    SÉCURITÉ INTERNET PROFESSIONNELLE Découvrez l'offre
    À lire aussi

    En savoir plus sur Clotilde Motella, Responsable Offre sécurité mobile

    Recevez le meilleur de l’actualité

    s'abonner

    (1) Usine Digitale, [Etude] Les pertes dues à la cybercriminalité s'élèvent à plus d'1% du PIB mondial
    (2) La cybersécurité des entreprises - Prévenir et guérir : quels remèdes contre les cyber virus ?