SFR Business - marque de SFR   Nous contacter Assistance Espace Client

AFFICHER tous les résultats

SFR Business - marque de SFR Me faire rappeler Nous écrire 0 805 70 24 54 Service & appel gratuits

BUSINESS ROOM POINTS DE VUE, VÉCUS ET EXPERTISE TÉLECOM ET CLOUD

Comment évaluer votre niveau de sécurité informatique ?

Les violations de données sont une menace constante pour toutes les entreprises. La protection de l’information doit être considérée comme un domaine clé du risque opérationnel. Comme les grands comptes, les PME doivent évaluer leurs forces et faiblesses pour pérenniser leur activité économique.


L’enjeu est majeur : la résilience de l’entreprise, c’est-à-dire sa capacité à résister aux coups durs. Il peut s’agir d’une catastrophe naturelle d’un cambriolage, d’un incendie ou d’une cyberattaque. Il est essentiel d’en minimiser l’impact en anticipant et en se préparant. Parfois fragilisées par une baisse d’activité ou des difficultés de trésorerie, des PME peuvent perdre des parts de marchés, voire être mises en liquidation judiciaire après avoir été victimes d’un virus et du chantage de cybercriminels. Même si elles ne disposent pas des mêmes moyens financiers et humains, les PME doivent mettre en place une politique de sécurité.

Identifier les données sensibles de l’entreprise

La première étape consiste à identifier toutes les données et repérer leur lieu exact de stockage (sur un serveur, dans le Cloud, un prestataire local, etc.). Une fois cet inventaire terminé, il convient de les classifier par ordre d’importance selon une échelle de 1 à 5, 1 étant « insignifiant » et 5 « catastrophique ». Toutes les informations obtenant une note de 4 ou de 5 devront être traitées avec le soin nécessaire à leur sécurité (contrôle de l’accès, gestion précise des identités autorisées, sauvegarde, etc.).

Historiquement, la sauvegarde a toujours été l’un des composants majeurs de la gestion des données dans une entreprise. Son objectif premier est de faciliter leur restauration en cas de défaillance des serveurs, du stockage ou d’erreur humaine. Avec la multiplication des codes malveillants, elle représente dorénavant un maillon essentiel de la sécurité informatique.

Le second pilier capital de la cybersécurité est l’état des lieux approfondi du réseau informatique. Aujourd’hui, le périmètre à surveiller et à protéger s’est largement agrandi avec la généralisation des appareils mobiles (smartphones, tablettes et ordinateurs portables), utilisation de service dans le Cloud, virtualisation des serveurs qui facilite à leur multiplication.


A LIRE AUSSI
LES DIFFÉRENTS TYPES DE MENACES INFORMATIQUES POUR LES ENTREPRISES

Réaliser un audit du parc informatique

Enfin, des audits de sécurité (incluant notamment des scans de vulnérabilités des serveurs et des sites) s’avèrent très utiles pour bénéficier d’un regard extérieur (réalisés par des sociétés spécialisées) et exhaustif sur son niveau de sécurité. Il est en effet indispensable de le connaître précisément, afin de repérer ses forces et faiblesses. De nombreux outils épars génèrent cumulativement des milliers d’alertes, sans aucune priorité établie. Pour optimiser la sécurité, il convient de réaliser une cartographie, c’est-à-dire un plan détaillé de son réseau informatique et du partage des données entre différents services et tiers.


Scénariser une fausse attaque virale (ou la perte d’une base de données)

Encore trop peu répandus, les exercices de simulation sont une façon peu onéreuse d’évaluer son niveau de sécurité. Le but : envisager tous les scénarios pour protéger les données correctement. Ce type d’exercice consiste donc à réunir les membres de plusieurs métiers pour leur faire suivre les processus, les échanges, les actions et les outils utilisés pour la réponse à un incident hypothétique.

Cette activité, d’une ou deux heures, vise à tester et à sensibiliser les collaborateurs aux quatre phases d’un incident : la détection d’un virus, le confinement pour limiter la propagation à tout le réseau, le nettoyage pour éradiquer la menace sur tous les postes touchés et enfin, le retour aux conditions opérationnelles normales.

La rédaction d’un rapport recensant les éléments de discussion et, plus important encore, tous les écueils identifiés, est indispensable.

L’expertise d’un professionnel

Mais toutes ces pratiques ne sont pas toujours évidentes à mettre en place et à appliquer par les PME. Un accompagnement est une solution très pragmatique pour être conseillé, aidé, voire formé à utiliser certaines techniques de sécurité. Il permet de modéliser et de définir des procédures de sécurité, de former les équipes aux règles essentielles en cybersécurité. À la clé, une diminution des risques d’attaque dus à une erreur humaine et la mise en conformité avec la réglementation en matière de sécurité informatique et, en particulier, celle concernant la protection des données à caractère personnel (la RGPD).


A LIRE AUSSI
PIRATE INFORMATIQUE, UN ENJEU MAJEUR POUR LES ENTREPRISES DIGITALISÉES

La surveillance d’un réseau implique des moyens et des compétences trop peu répandus dans les petites entreprises. Faire appel aux expertises de leur permet de déléguer leur protection et de se concentrer sur leur cœur de métier. Cette solution renforce la sécurité en centralisant et en automatisant les rapports destinés au DSI ou au responsable informatique s’il s’agit d’une PME. Des alertes peuvent lui être envoyées en temps réel en cas de non-respect des procédures ou de problèmes identifiés.


Par ailleurs, la sauvegarde externalisée des données essentielles dans le data center d’un opérateur français est une garantie supplémentaire pour la pérennité de l’entreprise. Une réponse efficace aux incidents de sécurité informatique fait partie des défis cruciaux à relever. Ils ne peuvent être surmontés qu’avec un partenaire reconnu.

sécurité informatique, cybersécurité, virus, sauvegarde