SFR Business - marque de SFR   Nous contacter Assistance Espace Client

AFFICHER tous les résultats

SFR Business - marque de SFR Me faire rappeler Nous écrire 0 805 70 24 54 Service & appel gratuits

BUSINESS ROOM POINTS DE VUE, VÉCUS ET EXPERTISE TÉLECOM ET CLOUD

Après le BYOD, le CYOD pour davantage de sécurité !

Encore populaire, le BYOD semble cependant plafonner au sein des entreprises. D’ores et déjà, certaines d’entre elles se tournent vers le CYOD. Décryptage.


BYOD, l’acronyme de « bring your own device », est désormais bien connu des entreprises. Consistant à apporter ses appareils personnels (tablettes, Smartphones, ordinateurs) pour s’en servir au bureau à des fins professionnelles, cette pratique s’est démocratisée au point de séduire 44 % des sociétés françaises, si l’on en croit un sondage mené par Vanson Bourne pour Citrix(1) . Elle a, entre autres, l’avantage de ne nécessiter ni formations pour les employés qui connaissent leur terminal ni investissements pour les entreprises. Le BYOD pose pourtant des questions qui empêchent parfois les responsables informatiques de donner leur feu vert : il peut s’agir de freins juridiques, de problèmes d’interférence entre la vie professionnelle et privée ou, le plus souvent, de soucis de sécurité.

 

Un tiers des entreprises intéressées

Pour contourner ces problèmes, tout en gardant certains des avantages du BYOD, les entreprises se tournent de plus en plus vers le CYOD : « choose your own device », entendez « choisissez votre appareil ». Cette fois, il s’agit donc d’investir dans des terminaux qui combinent les exigences des sociétés et les souhaits de leurs salariés. « Le BYOD est mort, l’avenir est au CYOD », ose le cabinet d’analyses IDC dans l’une de ses études consacrées au sujet et parue mi-2014. Parmi les responsables européens interrogés pour cette étude, ils étaient 37 % à souhaiter intégrer le CYOD d’ici 2015. Mieux, 20 % d’entre eux l’avaient déjà fait...(2) 

 

« Replacer les services IT au cœur du choix » pour davantage de sécurité

« Il est évident que l’on assiste […] à un intérêt accru des entreprises européennes pour le CYOD »(3) , explique John Delaney, patron du département mobilité Europe d’IDC. « Les employeurs fournissent à leurs salariés une liste d’appareils parmi laquelle ceux-ci choisissent les terminaux qui leur conviennent le mieux ». Si ce système nécessite un investissement de la part de la société, il a, comme le BYOD, pour avantage de fournir aux employés des équipements qu’ils connaissent. Le CYOD limite les problèmes juridiques et de sécurité, puisque le matériel est fourni, paramétré et géré par l’employeur. « De plus, cela permet de replacer les services IT au cœur du choix », reprend John Delaney. En effet, trop souvent, les responsables informatiques ont le sentiment d’être coupés du reste de l’entreprise, y compris sur des thématiques qui les concernent directement. Lorsque le CYOD est privilégié, les services IT dressent une liste d’appareils et engagent un dialogue pour aider les employés à arrêter leur choix, et ainsi garantir la sécurité des terminaux : « ce sont les services IT qui sont force de proposition auprès des salariés », rappelle John Delaney. Resserrant en cela un lien parfois distendu...


  (1) Source chiffrée :  Les grandes entreprises françaises parmi les championnes mondiales de la gestion de la mobilité

  (2) & (3) Sources chiffrées : BYOD has plateaued; CYOD is the future

BYOD, sécurité informatique