SFR Business - marque de SFR   Nous contacter Assistance Espace Client

AFFICHER tous les résultats

SFR Business - marque de SFR Me faire rappeler Nous écrire 0 805 70 24 54 Service & appel gratuits

Le marché du M2M : 15 milliards de dollars en 2012, 31 milliards dès 2017

Le cabinet d'études Infonetics estime que le marché du M2M doublera en 5 ans. Une évolution déjà en cours, qui pourrait même encore accélérer.


L'eldorado des technologies machine-to-machine (M2M) est-il vraiment paradisiaque ?

Les études et les chiffres permettent de constater que même si les parts de marché restent modestes, le décollage s'accélère et la croissance des solutions Machine-to-Machine n'a jamais été aussi proche. Encore faudrait-il que les modèles économiques et les applications réellement utiles se précisent.

Les revenus générés par le marché du M2M et les connexions se multiplient

Dans son étude de marché livrée fin 2013, le cabinet d'études américain Infonetics Research prédit une forte évolution du marché des services M2M (Machine-to-machine) de 15 milliards de dollars en 2012 à 31 milliards de dollars dès 2017. Soit un doublement du chiffre d'affaires en 5 ans.

« Le M2M incarne l'un des segments majeurs et à plus forte croissance pour les fournisseurs de services », souligne Godfrey Chua, directeur du programme M2M & Connected World chez Infonetics.
Concernant le nombre de connexions des équipements M2M, le cabinet d'études table sur plus de 4 milliards en 2017 contre 1,4 milliard en 2012. L'Internet des objets devrait donc devenir une réalité plus concrète dans un avenir relativement proche. Surtout si une application très populaire utilisant ces technologies en accélère encore le développement, à l'instar de ce que nous avons connu avec les smartphones.

Surtout des connexions de proximité

Pour véhiculer les données entre ces équipements et les serveurs (dans les deux sens), les réseaux cellulaires des opérateurs peuvent représenter une infrastructure sécurisée et fiable. En outre, le marché du M2M devient pour eux une source de revenus intéressante à laquelle ils peuvent éventuellement apporter une valeur ajoutée logicielle.
Toutefois, « le moyen de communication le plus populaire pour la communication M2M, et de loin, reste le réseau personnel ou PAN (Personal area network), via des technologies sans fil comme le WiFi, Zigbee, le Bluetooth ou IP500 », rapporte Godfrey Chua.
Selon Infonetics, les connexions M2M cellulaires se « limiteraient » en effet à 190 millions. Cependant, elles devraient au moins tripler d'ici à 2017, « faisant du M2M cellulaire le moteur de croissance principal pour les revenus des opérateurs. »

Des équipements M2M essentiellement 2G

Au premier semestre 2013, le marché mondial des modules M2M mobiles a atteint 849 millions de dollars, ce qui représente une croissance de 10 % par rapport au premier semestre 2012.
Les modules GSM/GPRS/EDGE ont compté pour 59 % des unités livrées. Une part qui devrait logiquement décroître rapidement avec la transition vers la 3G, puis vers la 4G, selon Infonetics. Ce dernier table même sur une part de marché de 12 % des revenus des modules mobiles M2M pour les technologies LTE dès 2017.
Néanmoins, pour que le marché se renverse, encore faudrait-il un effet de volume dont le surcoût ne pourra se justifier que par des applications riches et une réelle valeur ajoutée : en effet, à quoi bon recourir à du très haut débit pour n'échanger que quelques octets ?...

Le marché du M2M se laisse transporter

Sans surprise, les secteurs de l'automobile, des transports et de la logistique ont engrangé plus du tiers du chiffre d'affaires du marché du Machine-to-Machine en 2012, et plus particulièrement grâce au tracking de véhicules, à la navigation et aux applications de livraison/logistique. L'Europe et les États-Unis représentaient 72 % du marché global en 2012. Pendant cette période, China Mobile a dépassé AT&T pour le nombre de connexions M2M, tandis que ce dernier reste devant si l'on considère les revenus générés par le service par connexion.
Un phénomène qui illustre bien l'évolution du positionnement des opérateurs qui devront apporter des services à valeur ajoutée au-delà de la simple connexion.

« Parce que ces technologies évoluent et que les coûts diminuent, de plus en plus d'entreprises se tourneront vers le M2M afin de réduire leurs coûts d'exploitation, de différencier leurs marques, ou de se créer de nouvelles opportunités de revenus », assure Godfrey Chua.
D'ailleurs, la majorité des entreprises interrogées dans l'étude tablent sur une augmentation des besoins en M2M en 2014, confirmant ainsi ce qu'affirment également les opérateurs de télécommunications

m2m, géolocalisation, IoT, réseaux mobiles