SFR Business - marque de SFR   Nous contacter Assistance Espace Client

AFFICHER tous les résultats

SFR Business - marque de SFR Me faire rappeler Nous écrire 0 805 70 24 54 Service & appel gratuits

BUSINESS ROOM POINTS DE VUE, VÉCUS ET EXPERTISE TÉLECOM ET CLOUD

Quels sont les nouveaux métiers induits par la domotique ?

Avec un marché qui devrait atteindre le milliard d'euros en 2015, la domotique a le vent en poupe. Les fabricants et les revendeurs des objets autour de la « maison intelligente » sont bien connus, mais les métiers de ceux qui les dépannent et assurent leur maintenance sont, en revanche, encore relativement ignorés. Didier Rousvoal, qui dirige SOS Domotique, explique en quoi consiste leur rôle.


Si elle tarde un peu à s'imposer dans les entreprises, la domotique est de mieux en mieux implantée au domicile des particuliers. La France est ainsi, à l'heure actuelle, deuxième sur le marché de la domotique en Europe, avec un chiffre d'affaires de 900 millions d'euros en 2014. Les fabricants et les revendeurs de matériel domotique sont donc, logiquement, plus nombreux qu'autrefois. Mais il y a des métiers liés à ce domaine auxquels on ne pense pas toujours : ceux autour de la maintenance et de la réparation des objets de domotique ! « Ils ne tombent pas plus en panne que les autres, mais pas moins non plus », rappelle Didier Rousvoal. Expert en domotique depuis 28 ans, il a connu l'évolution de cette technologie : « des volants roulants aux portails motorisés en passant par les alarmes, la domotique n'est pas nouvelle et la demande existe depuis longtemps. Simplement, ces dernières années, il y a eu une accélération réelle et une diversification autour du matériel sans fil, dit connecté, que l'on commande depuis un smartphone ou un PC. »

 

Objets connectés : « Bien des revendeurs n'ont pas de SAV »

La maison est donc devenue « intelligente » au fil des années, d'autant plus facilement que « ceux qui sont devenus propriétaires ou locataires sont d'une génération qui a grandi avec ce style de technologie », poursuit Didier Rousvoal. Rompus à l'informatique, ces particuliers ont souvent pu commander, voire installer leur matériel... Mais se retrouvent démunis lorsque celui-ci tombe en panne. « Bien souvent, ils l'ont commandé sur internet », explique Didier Rousvoal. « Or la plupart des revendeurs, par ce biais, n'ont pas de service après-vente. C'est d'autant plus problématique qu'il s'agit parfois d'objets essentiels, comme les boxes qui vont piloter l'ensemble du système domotique. »Alors en 2013, Didier Rousvoal crée SOS Domotique, qui installe et dépanne le matériel domotique. « La demande est très forte, c'est un métier qui va probablement se développer dans les années à venir », pronostique-t-il alors que le marché de la « maison intelligente » devrait attendre le milliard d'euros cette année en France.

 

Avec la maison intelligente, « les particuliers craignent le piratage »

Il est vrai que dans ce contexte, les spécialistes de la domotique commencent à s'organiser. « En constatant que les particuliers sont confrontés à des problèmes d'installation, parfois, mais de maintenance surtout, les fabricants font de temps en temps appel à nous », continue Didier Rousvoal. Ce modèle économique, associant vendeurs à distance et installateurs et réparateurs locaux, devrait se généraliser; sans une telle complémentarité, le développement de la domotique pourrait se trouver ralenti. « Les particuliers font confiance à ce système, mais se posent énormément de questions sur la sécurité, ils craignent beaucoup le piratage. Au-delà de la maintenance et de la réparation, c'est aussi ce travail-là que nous, professionnels, devons accomplir : les sensibiliser à la meilleure manière de se protéger. Et il y a de la pédagogie à faire : les particuliers qui ont pour code secret 1234 sont encore très nombreux aujourd'hui ! » regrette Didier Rousvoal.

m2m, Objets connectés, Domotique