BUSINESS ROOM POINTS DE VUE, VÉCUS ET EXPERTISE TÉLECOM ET CLOUD

Partager l'article

Big data, open data : quelles opportunités pour les PME ?

Le big data et l'open data sont souvent présentés comme une belle opportunité pour les entreprises qui sauront les exploiter. Qu'en est-il en France, au moment où l'Etat accélère la publication des données publiques, suivant le mouvement de l'open government ? Le point avec Henri Verdier, directeur d'Etalab, lors d'un partage d'expérience filmé et organisé par SFR PLAYER.


Henri Verdier est directeur d'Etalab, le service du Premier Ministre en charge de l'ouverture des données publiques (open data), au sein du Secrétariat Général à la Modernisation de l'Action Publique. Auparavant, Henri Verdier était entrepreneur, et président du pôle de compétitivité Cap Digital pendant 5 ans.

« Soutenir le dynamisme économique en créant de nouvelles ressources pour l'innovation et la croissance » : c'est l'une des missions clés d'Etalab, fixée par le gouvernement. La publication des données publiques devrait donc s'accélérer sur la plateforme data.gouv.fr, le portail unique interministériel géré par Etalab. Des données qui seront autant d'opportunités à saisir, à condition comme le souligne Henri Verdier, directeur d'Etalab, de se poser d'abord, collectivement, des questions concrètes : « quel jeu de données serait vraiment utile ? En quoi constitue-t-il un bien commun ? Quels seraient les coûts ? Où se trouvent ces données ? Comment en tirer parti ? »

Pour les PME, la libération des données publiques a un premier avantage, indirect : « cela peut rendre l'Etat plus efficace, et toute entreprise peut s'en féliciter ». L'autre avantage est plus direct : « ces données sont des externalités, des ressources sur lesquelles on peut bâtir de l'innovation et des services. Elles permettent aussi de créer de grands référentiels et de mieux piloter le déploiement de grandes infrastructures dans les domaines des transports, du tourisme, de l'énergie, de la santé... ». Des référentiels qui manquent parfois de façon criante : le Grand Paris attend toujours de disposer d'un référentiel complet de ses moyens de transport : routes, trains, métro, RER, Vélib, etc.

 

Les rôles clés des PME 

Les PME sont donc invitées à innover dans ces domaines, où elles peuvent jouer un rôle capital. Pour exemple, la startup française pionnière Data Publica a créé un portail de données publiques et privées, gratuites et payantes : data-publica.com. On y trouve notamment plus de 15 000 jeux de données gratuites, dont plus de 4000 sont visualisables. Pour François Bancilhon, son CEO : « il vaut mieux que l'Etat publie de la donnée brute, même si elle n'est pas de haute qualité, et qu'on fasse confiance à l'écosystème de la data pour l'améliorer, la rendre utilisable et créer un marché autour de ces données ».

Pour se rémunérer, Data Publica a développé un ensemble de produits et services autour de la donnée : visualisation, enrichissements, tableaux de bords... Des enrichissements et mises en forme sont nécessaires : « La donnée brute n'a pas tant de valeur qu'on le pense parfois. C'est la manière dont elle est travaillée, c'est le service qui a de la valeur » insiste Henri Verdier. En France, plusieurs startups l'ont bien compris et se sont fait remarquer par leur capacité à créer de la valeur à partir de données brutes :

- Homengo.com : récupère les annonces immobilières et permet de les centraliser, de les comparer, voire de les partager avec des amis. Des informations complémentaires sont données : comparaison avec le prix du marché, proximité d'écoles, commerces, etc.
- Web Geo Services : propose des cartographies qui montrent les déplacements de population. Ce qui les rend utiles aux collectivités, dans le cadre des transports, du tourisme... Ce service s'appuie sur les données anonymisées de localisation des mobiles SFR.
- Maporama : son Dashboard améliore l'efficacité d'une campagne d'affichage publicitaire, en croisant les données des points de vente, le contexte démographique et le trafic local.

En retard sur les Etats Unis, la France a néanmoins des fondamentaux big data solides, que souligne Henri Verdier : un écosystème de startups performantes et en progrès constant, des talents en mathématiques, en data visualisation, et sur de nombreux aspects clés en science des données. Le concours annuel Data connexions permet de s'en faire une idée, à travers les startups sélectionnées et les jurys constitués.

 

Etat, entreprises : pourquoi ouvrir ses données ? 

« Il y a un devoir de l'Etat d'organiser l'ouverture et la ré-utilisation des données publiques, qui prend une nouvelle envergure avec le numérique », rappelle Henri Verdier. Cette ouverture des données publiques n'est qu'un des aspects du mouvement open data. Un mouvement qui concerne également les entreprises, puisqu'une société comme Nike invite même ses concurrents à un enregistrement collectif de leurs chaînes d'approvisionnement.

« Beaucoup d'entreprises ou de détenteurs de données craignent d'ouvrir leurs données, alors que la création d'un référentiel commun apporte souvent des avantages stratégiques », explique Henri Verdier, avant de rappeler qu'elles peuvent aussi y trouver un bénéfice d'image auprès de leurs clients, faire des économies de communication (en publiant des preuves objectives, des séries de mesures...).

 

Transformer son entreprise en plateforme 

Mais pour le directeur d'Etalab, le grand enjeu entrepreneurial de la data est de « savoir se positionner en plateforme, savoir attirer et héberger l'innovation, pour compléter et prolonger son propre effort ». Ce que les auteurs de « L'âge des multitudes » appellent passer d'un modèle classique de sous-traitance (cahier de charges, appels d'offre, contrôle étroit du sous-traitant), à une dynamique de sur-traitance (où l'entreprise se concentre sur le flux de données sortant mais laisse d'autres acteurs leur trouver des applications auxquelles l'entreprise ne penserait pas).

Les prochains chantiers pour Etalab ? D'abord refondre le site data.gouv.fr, et cela en invitant tous les parties prenantes, publiques et privées, à contribuer dans un schéma d'innovation ouverte. Ensuite, lancer la réflexion autour des projets thématiques - tels que le logement, la santé, l'enseignement supérieur et la recherche - dans le même esprit d'ouverture et de partenariat.

Plateforme collaborative, géolocalisation, big data, Innovation, open data

Partager l'article