SFR Business - marque de SFR   Nous contacter Assistance Espace Client

AFFICHER tous les résultats

SFR Business - marque de SFR Me faire rappeler Nous écrire 0 805 70 24 54 Service & appel gratuits

Passage à IPv6 : les 4 points à retenir

Etes-vous concerné par le passage de la norme Internet IPv4 à la norme IPv6 ? Pour le savoir, voici quelques informations utiles...


1. L'opération de bascule vers IPv6 est en cours

Depuis le 6 juin 2012 à minuit, de grandes entreprises comme Facebook, Google, Microsoft, Yahoo et bien d'autres ont basculé vers IPv6. Du côté des utilisateurs, pas de problèmes puisque les navigateurs web et les systèmes d'exploitation sont déjà adaptés à la nouvelle norme ainsi que les box ADSL de certains opérateurs, dont SFR. Les normes IPv4 et IPv6 vont encore coexister pendant quelques années.

2. L'abandon d'IPv4 était inéluctable

Tous les équipements qui se connectent à Internet sont affectés d'une adresse IP (Internet Protocol), une sorte de « plaque d'immatriculation » permettant de les identifier et de les adresser individuellement. Mais avec le codage IPv4, on peut attribuer seulement 4 milliards environ de « plaques d'immatriculation » ou adresse IP. Or le nombre d'équipements qui peuvent se connecter sur Internet dépasse déjà ce nombre : ordinateurs, smartphones, tablettes, serveurs, objets intelligents...

3. Le codage des adresses IPv4 et IPv6 n'est pas très compliqué

Avec le codage IPv4, une adresse est composée de 4 nombres séparés par un point. Ces nombres sont compris entre 0 et 255, ce qui permet de créer des adresses comme celles-ci : 28.0.121.14 ou 250.12.126.14. En d'autres termes, une adresse IP est constituée de 4 octets (8 bits) successifs, soit 32 bits au total : le nombre maximum d'adresses que l'on peut définir est donc égal à 2 à la puissance 32 soit un peu plus de 4,294 milliards.

Les adresses IPv6 reposent sur les mêmes principes mais elles sont 4 fois plus longues (128 bits, soit 2 à la puissance 128), ce qui ouvre des milliards de milliards de possibilités !

4 La plupart des PME n'a pas à se soucier de la coexistence IPv4 et IPv6

Les petites entreprises qui ne développent pas elles-même d'applications communicantes ne sont pas vraiment concernées. En revanche, les développeurs, les administrateurs réseaux et les responsables de la sécurité doivent impérativement maîtriser la nouvelle norme. Une mauvaise adaptation à celle-ci pourra se traduire par des erreurs d'adressage mais aussi par des failles de sécurité. Le choix ou la conception de solutions VPN ou de firewalls, notamment, devra se faire soigneusement.

 

sécurité informatique, vpn, IPV6